skip to content

Home

Faculty of Modern and Medieval Languages

 

CFP Cambridge French Graduate conference 25-26 April 2019

'Retards/Delays’

 

French Graduate Conference

University of Cambridge 25th-26th April 2019

 

Confirmed Keynote Speakers: Prof. Achille Mbembe, Dr Adeline Desbois-Ientile, Dr Claire White.

 

 

The ‘temporal turn’ of the last decade has witnessed the return of the concept of delay at the centre of literary and artistic production. These often focus on the deployment of time in works, for instance, the dyschronia of the contemporary (Agamben 2008). The disjuncture between lived and perceived time is echoed by the hermeneutics of ancient texts and contemporary literary theory. The propensity for anachronic readings (Bayard) in the 2000s, or studies of ‘queer temporalities’ (Allen, Time and Literature¸2018), make a compelling case for a re-reading of canonical texts and literary re-interpretations through ‘timely’ studies.

 

Whether by the use of hyperbaton, which dislocates the sentence and produces a delayed effect through the deferred appearance of a word, or by the deceleration of rhythms (through pauses in the narration or the aesthetics of slowness, such as the dyssynchronization between sound and image exhibited in Godard’s films or “slow cinema”), writers and filmmakers experiment with the rhythms of time. Sixteenth-century authors dwell on their perennial linguistic delay in relation to the ideal of Antiquity, which they are emulating, and the “Querelle des Anciens et des Modernes” in the seventeenth-century solidifies two centuries of literary debates on the legitimacy of the present.

 

Time lag can become the marker of civilisations deemed inferior, of people and modes of living which elude heteronormative or so-called ‘normal’ rules as defined by dominant cultures. To be ‘passé’, ‘retarded’, ‘underdeveloped’, are amongst the many expressions which reduce alterity to an inferiority gestured to through temporality. Within this context, the use of the notion of delay to think of spatial differences is interrogated: one need only evoke the ‘backwardness’ of former French colonies in relation to France, or the gap between Anglo-American literary theoretical developments and French schools of thought.

 

We would warmly welcome presentations from doctoral students working on a range of periods in the French and Francophone world: from the Middle Ages to the Ultra-contemporary. The following is a non-exhaustive list of potential topics of interest:

 

- Delays in press and publications. Materiality of works and its delays

- Philosophical notions of dyschronia, anachronia, parachronia, the future of the past, and the impossibility of simultaneity

- Spatial and temporal disjuncture

- Spatial and temporal displacement, migrations

- Cinematic delays

- Queer temporalities

- Representations in time and the deconstruction of liminal/marginal characters and spaces

- Poetic delays (microsctructural and macrostructural)

- Dislocating stylistic figures

- Anachronic readings

- Aesthetics of delays/ tragedy

- Progress/’backwardness’

- Perceptions of historical time

- Causes and effects of delays

 

The conference will take place at the University of Cambridge (Corpus Christi College) on 25th and 26th of April 2019. We invite proposals (250 words max) to be sent by 30th January 2019 to the following address : delaysretards2019@gmail.com. It is envisaged that a selection of the papers presented will be subsequently published.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

'Retards/Delays'

 

French Graduate Conference

 Université de Cambridge, 25 et 26 avril 2019

 

Intervenants principaux : Prof Achille Mbembe, Dr Adeline Desbois-Ientile, Dr Claire White

 

La question du retard, au cœur de problématiques littéraires et artistiques qui pensent le déploiement des œuvres dans le temps a connu un regain d’intérêt depuis le ‘temporal turn’ des dix dernières années, qui par exemple interrogent la dyschronie du contemporain (Agamben, 2008). La disjonction du temps vécu et du temps pensé trouve un écho dans l’herméneutique des textes anciens et la théorie littéraire contemporaine. La vogue des lectures anachroniques (Bayard) dans les années 2000, des études sur les « queer temporalities » (évoquées par Allen dans Time and Literature, 2018) forcent de fait à repenser le canon et l’interprétation littéraire en confrontant les textes à des lectures « à contre-temps ».

 

Depuis la figure de l’hyperbate qui disloque la phrase et produit un effet d’attente par l’apparition différée d’un mot jusqu’aux ralentissements de rythme (que ce soit par des effets de pause dans la narration ou par une esthétique de la lenteur dont le la désynchronisation entre le son et l’image chez Godard ou encore le « slow cinéma » sont des exemples parlants), écrivains et cinéastes expérimentent avec les rythmes du temps. Les auteurs du seizième siècle se pensent toujours en retard par rapport à un idéal de l’Antiquité qu’il faut chercher à imiter et la querelle des Anciens et des Modernes au dix-septième siècle cristallise deux siècles de débats littéraires sur la légitimité du temps présent.

 

Le retard peut devenir le marqueur de civilisations jugées inférieures, des personnes et modes de vie qui ne suivent pas l’évolution de la norme des dominants : être « has been », « attardé », « sous-développé », sont autant d’expressions qui réduisent l’altérité à une infériorité perçue comme un décalage temporel. Dans ce contexte, on peut remettre en question la pertinence de la notion de retard pour penser les différences entre les espaces : par exemple le ‘retard’ des anciennes colonies françaises par rapport à la métropole ou bien encore l’écart entre le développement de la théorie littéraire anglo-saxonne et les écoles de pensée critique françaises.

 

En raison de l’importance accordée à la dimension temporelle dans cette conférence, nous serons particulièrement soucieuses de donner la parole aux doctorant.e.s travaillant sur tous les siècles, depuis le Moyen-Âge jusqu’au 21e siècle. Cette conférence accueillera des communications variées autour de la notion de retard(s) dans le domaine francophone. La liste suivante contient quelques suggestions d’axes de réflexions:

 

- Retard et délais d’impression, de diffusion. Matérialité de l’œuvre et retard

- Les notions philosophiques et littéraires de dyschronie, d’anachronie, de parachronie, futur du passé, et de manière générale l’impossible simultanéité

- Disjonction spatio-temporelles

- Déplacement dans l’espace et dans le temps, Migrations

- Cinéma et retard

- Queer temporalities

- Représentation dans le temps et déconstruction des personnages/espaces liminaires/marginaux

- Poétique des retards (microstructuraux et macrostructuraux)

- Figures de dislocation stylistique

- Lectures anachroniques

- Esthétique du retard/ le tragique

- Progrès/retard

- Perception du temps historique

- Causes et effets du retard

 

La conférence aura lieu à l’Université de Cambridge (Corpus Christi College) les 25 et 26 avril 2019 et nous vous invitons à envoyer vos propositions (250 mots maximum) avant le 30 janvier 2019 à l’adresse suivante: delaysretards2019@gmail.com.

 

Une sélection d’articles inspirés de la conférence fera l’objet d’une publication par la suite.